La visite guidée de l’exposition à Wangenbourg-Engenthal le Vendredi 10 août 2018

« De quel côté aurions-nous été? »

A l’invitation de Lucienne Adloff, historienne locale, l’exposition itinérante de l’AERIA a fait étape à Wangenbourg-Engenthal (67) au début du mois d’août (3-15 août).

Belle assistance le 10 août dernier lors de la visite guidée proposée par Eric Le Normand. Citons notamment le sous-préfet de Molsheim Clara Thomas, le conseiller départemental Thierry Carbiener, le maire de la commune Daniel Acker et ses adjoints Ursule Brand, Michel Acker et René Sali, de nombreux représentants d’associations et les habitants de Wangenbourg-Engenthal ainsi qu’une dame en parenté avec le boulanger Massé impliqué dans une filière d’évasion.

« Et nous, de quel côté aurions-nous été? » questionne le sous-préfet Clara Thomas. Et qu’aurions-nous fait? Et de raconter comment son grand-père à Orbey a fait une sorte de résistance passive en montant les couleurs tricolores au son du clairon tous les matins et en faisant avec des voisins des élevages de rats qui étaient ensuite répartis dans les caves occupées par des Allemands. Ainsi, les provisions disparaissent… « Il est utile de proposer un travail comme cette exposition. (…) Il faut marteler ces faits de la mémoire: la flamme peut s’éteindre s’il n’y a pas de relève. »

Peu avant, le conseiller départemental Thierry Carbiener dit « qu’à chaque panneau, le visiteur peut trouver une attache familiale. »

Arrivé au panneau 20, Eric Le Normand laissa la parole à l’hôte des lieux, Lucienne Adloff justement afin qu’elle rappelle, non sans émotion, toute l’implication de la famille Burger, ses grands-parents et sa maman, au cœur d’une filière d’évasion au départ du Schneeberg vers Raon-les-Leaux à près de 20km de là. Arrestations à partir de 1942, jugements, déportations s’en sont suivies dans leur famille mais aussi chez nombre de ceux qui étaient dans les filières qui partaient de Strasbourg, Haguenau ou Pfaffenhoffen.

En guise de conclusion, citons le mot de passe de la filière. A la fin d’une phrase le postulant devait dire: « La fleur des Vosges ». La réponse se veut optimiste: « Elle fleurit toujours. »

B.M.

20180810_181612b

Dans la salle du centre culturel de Wengenbourg-Engenthal, Lucienne Adloff raconte l’implication de sa famille dans l’une des filières d’évasions qui ont œuvré en Alsace. (Photo Aéria – B.M.)

A propos laresistancedesalsaciens

Chargé d'études pour l'Association pour des études sur la Résistance intérieure des Alsaciens (AERIA).
Cet article a été publié dans Interventions. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s