L’AERIA commémore la tragédie des puits de Guerry

Dimanche 29 avril, Journée nationale de la Déportation, une délégation de l’Association pour des Études sur la Résistance Intérieure des Alsaciens (AERIA) a participé à l’hommage  rendu aux 36 victimes, âgées de 16 à 85 ans,  de la tragédie des puits de Guerry, près de Bourges.

Les hommes, femmes et enfants massacrés parce qu’ils étaient juifs entre le 24 juillet et le 8 août 1944 étaient en effet originaires pour la plupart de communautés alsaciennes : Ingwiller, Buswiller, Hoenheim, Dettwiller, Mommenheim, Soultz et Strasbourg. D’autres venaient de Lorraine, de Paris, de Pologne, Suisse et Roumanie. Réfugiés à Saint-Amand, en zone dite libre, ils furent raflés par la Gestapo et la Milice dans le cadre de représailles, internés à la prison de Bourges et jetés, pour la plupart vivants, dans trois puits . Grâce à un survivant, Charles Krameisen, les recherches pourront être entreprises à l’automne 1944 et le souvenir des victimes, évoqué chaque année par une cérémonie. En octobre 1994, grâce à l’action du préfet Victor Convert, un monument commémoratif représentant deux rouleaux de la Thora (avec des sculptures symbolisant la chute des corps puis leur remontée) sera mis en place sur le site même de la tragédie.

Victimes de l’antisémitisme allemand et français

Actuel directeur général de la Fondation de la Résistance, Victor Convert avait informé l’AERIA de ces événements tragiques et méconnus unissant l’Alsace et le Berry, lors de sa visite au musée judéo-alsacien de Bouxwiller pour l’exposition « La Résistance des Alsaciens ». Pour que ces victimes du nazisme et de la Collaboration ne soient pas oubliées, l’AERIA s’est associée à la commémoration. Une quinzaine de membres de l’association et du Souvenir français, dont les deux porte-drapeau Richard Huss et Bernard Huntzinger, étaient ainsi présents dimanche. Sous une pluie battante, dans un champ verdoyant près d’une ferme abandonnée, ils écoutèrent comme de nombreuses personnes des environs la liste des victimes lue par Martine Lion, dont les deux grands-parents (Mina et Salomon Lévy d’Ingwiller, Lucien Kahn de Metz) avaient été assassinés ici. La gerbe de fleurs de l’AERIA, déposée par Victor Convert, Mireille Hincker et Marie Goerg Lieby, a rejoint beaucoup d’autres fleurs, remises par de nombreux élus dont le maire de Savigny-en-Septaine (commune où a eu lieu le drame), Mme la sous-préfète du Cher, des associations patriotiques et l’association France-Israël. « Le ciel pleure en cette journée… » a relevé, devant l’un des trois puits d’où les corps de ces victimes avaient été extraits, l’aumônier militaire Meir Israël avant de lire la prière des morts et un psaume pour ces victimes de l’antisémitisme français et allemand.

Texte: M G-L / Photographie: AERIA-BM

les puits de guerry - 29 avril 2018 - photo aéria bm (2)bVue d’ensemble des participants à la cérémonie.

Devant le mémorial, les deux porte-drapeaux venus d’Alsace, Richard Huss (à gauche) et Bernard Huntzinger.

les puits de guerry - 29 avril 2018 - photo aéria bm (14)b

 

A propos laresistancedesalsaciens

Chargé d'études pour l'Association pour des études sur la Résistance intérieure des Alsaciens (AERIA).
Cet article a été publié dans Commémorations. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s