DNA du Dimanche 28 janvier 2018

Truchtersheim – Exposition itinérante La résistance alsacienne et ses spécificités

Jusqu’à samedi prochain, l’exposition « La résistance des Alsaciens : itinéraires d’Alsaciennes et d’Alsaciens résistants entre 1940 et 1945 » est à voir au Trèfle à Truchtersheim. Une exposition dense par ses textes mais bien structurée.

« Trois questions liées au contexte spécifique se trouvent à la base des chapitres : pourquoi résister, qui sont ces hommes et ces femmes et comment ont-ils résisté ? », résume Eric Le Normand, professeur d’histoire-géographie au lycée Marcel-Rudloff à Hautepierre.

Avec le département de la Moselle, l’Alsace est la seule région de France soumise à la dictature nazie, ce qui se traduit « par des possibilités de résistance plus réduites par rapport au reste de la France ». Cette annexion de fait (c’est-à-dire non inscrite dans la convention d’armistice) entraîne d’ailleurs l’expulsion de personnes considérées comme dangereuses ou indésirables. Comme les incorporés de force, soumis à une pression particulière – ainsi que leurs familles – envoyés en France occupée et en Europe. Comme le reste de la France, la résistance alsacienne est une infime minorité mais agit dans des conditions plus périlleuses. Autre spécificité : la connaissance de l’allemand et l’absence de frontière vers le Reich font que des renseignements peuvent circuler. « Par exemple, ce document secret de 1942 en possession de la résistance alsacienne en est la preuve », conclut le jeune historien.

Pendant trois ans, il avait travaillé sur le sujet, « espèce d’omertà », afin de réaliser un DVD sorti en 2016. Ce fonds encyclopédique répertorie les environ 6 000 résistants alsaciens, qu’ils soient « passeurs », membres de réseaux de renseignements ou réfractaires à l’incorporation de force. « Tout le monde n’a pas d’ordinateur. Eric a suggéré de réaliser cette exposition », explique Marie Georg-Lieby, présidente de l’association pour des études sur la résistance intérieure en Alsace (AERIA), à l’origine de tous ces travaux. « C’était un gros travail de réécriture pour résumer les informations sur 31 panneaux », ajoute Bertrand Merle, M. « exposition » de l’association.

Jusqu’au samedi 3 février. « La résistance des Alsaciens » à voir aux heures d’ouverture du Trèfle, ensuite à l’hôtel de ville de Schiltigheim. Catalogue de l’exposition disponible au prix de 10 €. Des visites guidées sont proposées, un résumé est disponible pour les enseignants, un questionnaire pour les lycéens.

Eva KNIERIEMEN (photo DNA)

DNA du 28 janvier 2018

 

A propos laresistancedesalsaciens

Chargé d'études pour l'Association pour des études sur la Résistance intérieure des Alsaciens (AERIA).
Cet article a été publié dans Communication, Interventions. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s