Inauguration de l’exposition de l’AERIA le Jeudi 4 mai 2017 à l’Hôtel de Ville d’Illkirch-Graffenstaden

Et de quatre!

Il y a plusieurs façons de présenter la sympathique cérémonie qui prit place jeudi 4 mai 2017 à la mairie d’Illkirch-Graffenstaden. C’était la 5ème étape pour l’exposition de l’AERIA mais la  quatrième inauguration. Ce fut la deuxième invitation par une commune alsacienne mais la première, dans le Bas-Rhin…et en plus avec le premier dépliant présentant l’AERIA. Le maire Claude Froehly s’exprima en situant la thématique par rapport à son cadre familial dans le Sundgau qui connut « des fortunes diverses » comme celui de la majorité des Alsaciens. Avec des proches parents contraints de travailler en Allemagne durant la guerre, un autre qui s’évade pour échapper à l’incorporation de force et encore un autre qui reste longtemps caché mois. Il cita le résistant communiste Charles Lutz, né à Illkirch-Graffenstaden et exécuté près du camp du Struthof ainsi que le libérateur de la 2ème division blindée (DB) Marcel Christen, enfant de la commune L’adjointe Huguette Heckel évoqua son beau père résistant « et tout ceux et celles qui se sont battus pour notre liberté et pour la paix ». Elle se réjouit de la venue de plusieurs classes des deux collèges d’Illkirch. Le sénateur Jacques Bigot qui avait soutenu l’AERIA alors qu’il était maire a rappelé l’histoire d’une locomotive fabriquée en 1943 et  probablement sabotée par les ouvriers vu son faible kilométrage. Elle devait, si une vaine polémique n’avait été lancée dans les média parisiens concernant sa fabrication pendant la guerre en Alsace, rappeler le passé industriel de la commune…Dans le même esprit, la présidente de l’AERIA, s’étonna de ce qu’une grande exposition actuellement proposée par le Musée de l’Armée, aux Invalides, sur « La guerre de 1870/71 » signale à peine le siège de Strasbourg et la cession des trois départements de l’Est suite au Traité de Francfort… Une expo qui ne pipe mot des conséquences traumatisantes pour la population alsacienne et mosellane du brutal changement de nationalité, de l’esprit de revanche français des provinces perdues avant 1914 et du non moins puissant esprit de reconquête des Allemands en 1940 instituant les terribles années de l’annexion de fait. Comme quoi l’exposition de l’AERIA , qui situe la Résistance dans son contexte historique complexe, est précieuse. Bertrand Merle, trésorier adjoint de l’association, expliqua ensuite la logique des 31 panneaux et les différents chapitres de l’exposition avant que la discussion ne se prolonge autour d’une collation.

Exposition visible jusqu’au 18 mai. Hall d’accueil de la maire d’Illkirch-Graffenstaden.

Texte: Marie Goerg-Lieby

aéria - inauguration Illkirch 4.5.2017 (7)

Photographie: Bertrand Merle

A propos laresistancedesalsaciens

Chargé d'études pour l'Association pour des études sur la Résistance intérieure des Alsaciens (AERIA).
Cet article a été publié dans Interventions. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s